Iscriviti e sostieni la cultura, è gratis!
Just some ambient music
Paper Color
Font Size

No comments yet

This article was automatically translated. ORIGINAL

LE PARCOURS D'UN MUSICIEN

L'objectif n'est pas un point d'arrivée, mais un début.

Il_mondodipad

profession
16th February 2021

Il arrive très souvent de considérer la performance d'un musicien de manière superficielle, en se concentrant uniquement sur la performance finale comme si celle-ci était le point final. Mais, tout comme un iceberg dont on ne voit que la pointe, on ne considère pas pleinement le chemin que chaque musicien fait au cours de sa vie.


Pour mieux réfléchir à ce thème, je vous invite à lire le poème "Caminante no Hay camino" d'Antonio Machado, une importante personnalité littéraire de l'Espagne du XXe siècle.

Il n'y a pas de chemin

XXIX

Wayfarer, voici vos pas
le chemin, et rien de plus;
Il n'y a pas moyen:
Le chemin se fait en marchant.
Le chemin se fait en marchant,
et quand vous regardez en arrière
vous voyez le chemin que vous
n'emprunterez jamais
pour ne plus jamais être foulé.
Voyageur, il n'y a pas de chemin,
mais un sillage sur la mer.

Les vers sont tirés du recueil "Campos de Castilla".


La figure du "marcheur"

Le protagoniste de ces vers de Machado est le "marcheur", qui parcourt son chemin sans destination prédéterminée, donnée par l'instinct, vers un futur incertain, où le passé est représenté comme les sillages de la mer qui sont destinés à s'éteindre.

Personnellement, j'ai trouvé naturel d'associer la figure de la "marcheur" à celle du musicien et à son parcours apparemment simple et agréable, mais plein d'embûches et de vicissitudes à la recherche d'un résultat continu et parfait.


La "cheminée"

Il est rare que les efforts et les sacrifices consentis par le musicien soient reconnus dans une vision extérieure.
D'autre part, très souvent, c'est le même musicien qui ne regarde guère en arrière et apprécie le chemin parcouru.

Le "Camino" est fait de choix qui ne sont pas toujours bien pensés, mais qui sont faits dans l'intention de s'enrichir, où même les erreurs sont fondamentales pour tracer les lignes de son chemin.


"Wayfarer, il n'y a pas de chemin, mais se réveille sur la mer."

Le musicien ressent continuellement le besoin de voyager, de connaître et de confronter d'autres réalités, pas toujours accommodantes, mais précieuses pour tirer le meilleur parti de chaque expérience.


C'est un travail de recherche principalement en soi-même, dans lequel il est important de reconnaître ses propres limites pour essayer de les dépasser.


L'importance du guide

Une présence fondamentale dans le parcours d'un musicien est la figure du Maestro, qui agit comme un guide à la fois d'un point de vue plus concret, celui de la technique, et du point de vue de l'éducation à la sensibilité artistique.


Le guide doit pouvoir valoriser les forces du "marcheur" et lui donner l'impulsion nécessaire pour aller toujours plus loin, comme l'a fait Virgile avec Dante.


En fait, il est facile de tomber dans la peur et de rester impuissant face aux difficultés. Les insécurités sont multiples et l'on se laisse envahir par le doute de ne pas réussir, au lieu de penser à la difficulté fondamentale pour l'épanouissement du "cheminée" et à la patience, la constance et la détermination qui permettent d'accroître la richesse de l'expérience.


"[...] la patience, la persévérance et la détermination servent à augmenter le bagage d'expérience."